JIMMY GUIEU

Voici quelques mois que je m’étais rendu au numéro 11 du boulevard Saint Michel pour me procurer quelques livres de SF à des prix plus qu’abordables dans une petite librairie d’occasion.

J’avais décidé de relire Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley (un classique), Hypérion de Dan Simmons (histoire d’explorer un peu plus son univers après Ilium et Olympos). J’ai aussi pris deux bouquins qui m’avaient l’air plutôt sympathiques au titre et à la couverture (mais aussi au synopsis) d’un auteur qui m’était totalement inconnu : Jimmy Guieu.

Jimmy-Guieu

Auteur français (également essayiste et homme de radio) qui nous a quitté depuis mais qui s’avère être un grand monsieur de la SF. En effet, il aurait écrit une centaine de livres. Je ne connais pas la qualité de tous ses ouvrages mais ceux que j’ai eu entre les mains sont excellents et m’ont littéralement transporté dans d’autres mondes. Il y a comme un savant mélange de sciences et de paranormal, et l’on se laisse rapidement prendre dans l’aventure. Bref, j’ai fini par les lire tardivement et ai été agréablement surpris pour les dévorer en quelques jours. Je vais peut-être m’en procurer d’autres.

Je vous recommande !

Le pionnier de l’atome et Prisonniers du passé

SCIENCE-FICTION #SF

 

Quand je dis SF, à mon grand désespoir, peu de personnes comprennent. Lorsque je rectifie par Science-fiction, ça va beaucoup mieux.

Mais il y a souvent confusion. Il ne faut pas, en effet, la confondre avec la Fantasy ou le Fantastique même si tous les trois obligent le lecteur (et le spectateur) à faire preuve d’ouverture d’esprit et d’imagination particulière pour se projeter avec aise dans le monde surréaliste qu’on lui propose.

Qu’est-ce qui les différencient donc ?

Si je me concentre bien fort pour me rappeler mes cours de français qui faisaient référence à ces genres littéraires et cinématographiques, je dirai que le Fantastique se caractérise par la brusque irruption d’événements surnaturels dans un décor réaliste identique à celui dans lequel nous vivons. A ce titre, les films d’horreurs sont Fantastique (mais pas fantastiques, vous me direz, pour les moins courageux d’entre nous). Lisez le Horla de Maupassant, c’est du Fantastique (horreur quand même).

La Fantasy fait intervenir, quant à elle, la magie dans un monde souvent proche de l’époque médiévale occidentale et de son bestiaire fantastique (sorcières, elfes, dragons, licornes et autres créatures magiques).

La SF dans tout cela ?

Eh bien, elle explore notre monde tel qu’il pourrait évoluer dans le futur, tel qu’il aurait pu être si un événement du passé est modifié ou rajouté, tel qu’il peut l’être dans une réalité alternative (monde parallèle).

Aussi, les auteurs de Science-fiction, qui sont forcément des mordus de sciences (ou s’y intéressent fortement), se plaisent à détailler, parfois à l’extrême (j’espère que ce n’est pas mon cas ^^) tous les aspects techniques des théories et technologies présentées.

Normalement, la SF ne devrait jamais faire intervenir la magie comme la Fantasy car tout est explicable par des théorèmes, postulats et démonstrations scientifiques; et elle ne devrait jamais faire intervenir non plus l’étonnement des protagonistes face au futurisme (comme pourrait le faire le Fantastique).

Malheureusement (ou heureusement), rien n’est jamais ni tout blanc, ni tout noir, et moi-même je fais intervenir à petites doses magie et étonnement dans la Conspiration des Colombes. C’est vrai, je vous l’accorde, je ne suis pas puriste, juste biologiste.

La S.F. est mon coup de cœur N°1

240_F_142458396_JqIKzv7MalfEQ7oXPbJ8cNdJJHiJPGgZ