LES OBEDIENTS MECANIQUES (OU LE PEUPLE DES MACHINES)

http://www.lescurieuses.net/2014/11/intelligence-artificielle-doit-on-la-craindre-ou-laccelerer/

OBEDIENT MECANIQUE est le nom générique pour toutes les formes de vie intelligente artificielle qui évoluaient au côté des formes de vie intelligentes organiques à l’époque de l’empire d’Elium.

Bien qu’extrêmement avancés technologiquement, les orixans ne sont pas les créateurs des Obédients mécaniques. Ils ont été conçus par une espèce plus évoluée encore, antérieure à leur civilisation et qui avaient déjà disparu mystérieusement avant l’apogée d’Elium.

Les obédients mécaniques sont les antagonistes de la première théomachie qui opposait vie organique contre machines. Elle s’est soldée par la victoire des Orixans et le début de leur ascension et l’asservissement des obédients parqués à des fonctions telles que l’exploitation des mines d’astéroïdes (trop dangereuses pour des formes de vie organique), des fonctions ouvrières, domestiques …

Ces fonctions contrastaient avec l’extrême sophistication et complexité de leurs systèmes et organisations :

Afficher l'image d'origine

Tous les obédients mécaniques quelques soient leur forme ont un cerveau positronique : ce sont des ordinateurs quantiques à système ternaire dont les processeurs sont en carbonado (une forme de diamant qui rend les processeurs beaucoup plus rapides, beaucoup plus performants, plus résistants à la chaleur… que nos processeurs en silicium). Les circuits nerveux sont associés à des fibres optiques améliorées. Le squelette, l’armature et le revêtement sont fait en métamatériaux polymorphes semi-métalliques.et chacun sont munis d’une pile atomique ou à combustible selon la classe.

Si tous les obédients mécaniques ont une volonté propre et éprouvent des émotions et des sentiments, ils obéissent tous à l’obédient mécanique père qui possède un code source principal (dont la modification à permis leur asservissement).

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine
TERMINATOR
Afficher l'image d'origine
LE ROBOT NAO (existe pour de vrai)
Afficher l'image d'origine
THE BICENTENNIAL MAN
Afficher l'image d'origine
ROBOCOP
Afficher l'image d'origine
I ROBOT

ONIROSCOPE

Oniroscope, tu dis ? Jamais entendu parler. Tu voulais écrire magnétoscope, non ? Ou stéthoscope, peut-être ? Non, vraiment ! Oniroscope !

Mais qu’est-ce qui se cache derrière ce nom barbare ? Il provient de deux noms grecs oniros et skopos qui veut dire « observer les rêves ».

dream-catcher-2-1223109

L’usage des oniroscopes est assez répandu dans LCDC et parfois de manière détournée ou malhonnête.

Ce sont des ordinateurs quantiques complexes qui utilisent à la place d’une interface graphique (écran) le monde imaginaire des rêves généré par le cerveau du ou des utilisateurs auquel il est branché.

Ils ont été inventés au départ dans un but bien précis : afin que les puissants puissent se retrouver en rêve collectif et discuter d’affaires politiques et financières secrètes sans craindre d’être espionnés. Mais il a rapidement eu d’autres applications, en psychiatrie notamment.

Il a plusieurs fonctions :

Deux fonctions basiques (utilisées pour le loisir ou par les psychiatres en psychanalyse):

  • Lecture des rêves
  • Enregistrement des rêves (les onirographes)

Une fonction intermédiaire :

Création de rêves aléatoires ou thématiques (base onirographique artificielle) dans lesquels plusieurs personnes peuvent se retrouver.

Par exemple, les onirographes linguistiques permettent d’apprendre une langue en quelques jours en rêvant, en immergeant l’utilisateur dans la langue proposée (fonction oniropédique qui permet d’apprendre en dormant).

Une fonction avancée accessible uniquement par ceux qui maitrisent parfaitement les rêves lucides :

Elle permet à ces personnes appelées oniroducteur de créer des rêves conscients à partir de souvenirs (fictif ou non). Cela devient une autre manière de raconter une histoire.

Il existe différents modèles dont le plus ancien est un simple icosaèdre (unité centrale) associé à des casques à visières qui permettent la connexion à l’encéphale.

Comme tous les ordinateurs, ils peuvent être en réseau et comme tout réseau, s’il n’est pas sécurisé, il peut être piraté.