MARVEL VS DC COMICS – LE MATCH

maxresdefault

Prochainement sur les écrans, le clash entre deux superhéros emblématiques de DC Comics: Superman VS Batman. Je ne sais pas comment ces deux là en sont venus aux mains (et j’ai hâte d’aller voir pourquoi), comment Gotham a voulu mettre la raclée à la toute puissante Métropolis, mais je me suis imaginé un autre affrontement de titans: Et si les héros de l’écurie Marvel rencontraient ceux de DC Comics, qui remporteraient la victoire ?

Les pronostics: Il faudrait additionner les capacités et pouvoirs de chacun, analyser le degré de cohésion et de leadership de chaque groupe pour avoir un résultat objectif et sans avoir à déplorer la destruction d’une ville voire de la planète entière.

Je m’avance peut-être un peu mais je pense que Marvel gagnerait haut-la-main. Okay, DC Comics compte dans ses rangs Superman « man of steel », mais Marvel a tout de même Hulk ! Il ne vaut mieux pas énerver l’homme vert, parait-il.

Mais il est fort possible que mon pronostic soit influencé par le fait que Marvel ait sorti ces dernières années deux fois plus de films, et surtout par le fait que j’ai un petit faible pour l’équipe du professeur Xavier et pour les quatre fantastiques.

Alors avis aux producteurs et réalisateurs: Marvel VS DC Comics, c’est pour quand ?

dc-vs-marvel

MARVEL ou l’impossible destinée de la mutation génétique

On a tous envie d’être meilleur (meilleur que nous-même mais aussi meilleur que les autres). On a tous rêvé d’être un super-héros et Marvel en a une sacré-palette, des univers entiers et à foison, suffisamment pour qu’il y en ait au moins un qui nous correspondent et à qui l’on pourrait s’identifier aisément sans rougir.

Afficher l'image d'origine

Mais si dans l’imaginaire, dans nos esprits évasifs, tout est possible, dans la réalité, c’est une autre paire de manche. La plupart de ces êtres hors-du-commun tirent leurs capacités de mutations génétiques aléatoires et multiples ; qu’elles soient radio-induites directes (Hulk et les rayons gamma, les 4 Fantastiques et les radiations cosmiques), radio-induites indirectes (Spiderman et son araignée mutante), chimio-induites (Daredevil) ou naturelles (les X-Men).

Afficher l'image d'origine

Hélas, même si selon le dogme scientifique communément admis, la mutation génétique est le moteur de l’évolution et a transformé une simple bactérie en l’homme en quelques milliard d’années, la plupart du temps le résultat est une monstruosité qui ne survit pas, ni à l’intolérance ambiante, ni à son environnement.

Toutefois, dans certain cas, un avantage minime mais significatif peut être conféré et sélectionné par la pression de l’environnement, rendant l’individu et sa progéniture bénie mieux aptes à survivre que les autres ou plus fertiles que leurs congénères.

Sauf que dans un monde où l’Homme s’est presque libéré des contraintes de la Nature, les versions fantastiques des gènes ordinaires ne sont plus sélectionné, on serait déjà abouti : soit nous sommes dans un cul-de-sac de l’évolution… soit notre prochaine révolution est cybernétique…

Attendez, attendez, revenez… pas nécessairement, en tout cas pas exclusivement : Et si notre société remplaçait la nature. Et si la société dans Marvel était le terreau de la graine des super-mutations, conférant télépathie, télékinésie, vitesse, force, régénération cellulaire, contrôle du climat à ces individus devenus « héros » ou « vilain ». Des psycho-mutations sélectionnées et imposées par notre monde pollué, par le bombardement outrancier des publicités nous forçant à consommer, par un monde rongé par la misère et la famine invisible, gagné par le terrorisme et la terreur du bouleversement climatique…

Alors Marvel serait l’espoir et nous montrerait la voie !

Résistons et devenons des héros (avec ou sans mutation) 🙂

SPECIAL COP 21 (30 nov 2015 – 11 déc 2015)

Afficher l'image d'origineLa COP21, la 21e Conférence des Parties qui réunit toutes les nations désireuses de changer le climat (vers le refroidissent n’est-ce pas, et non pas le réchauffement), nous embête un peu, nous les parisiens, parce qu’on ne supporte pas que notre trafic routier soit perturbé.

Oui, mais il faut bien se rendre compte que cette rencontre au sommet va bien au-delà de nos petites personnes, qu’elle est pour le bien commun mondial (et ne concerne pas que nous, petits bipèdes à gros cerveau) et qu’elle prépare, s’il n’est pas trop tard et si tout le monde veut bien faire l’effort, un monde pas trop infernal pour nos descendants.

Alors, on entend parfois, souvent même, des gens qui disent que ces rencontres ne servent strictement à rien, que les accords signés n’ont strictement aucun impact. Pas si sûr… peut-être… mais on ne peut pas nier que cela éveille les consciences et qu’en matière d’énergie, chaque jour des efforts considérables sont faits.

L’écologie est l’un des domaines qui est exploré par l’imaginaire et donc la science-fiction, mais je n’ai pas réussi à trouver un seul film où il n’était pas déjà trop tard : LOST IN SPACE de 1998 (que je n’ai pas aimé) il était déjà trop tard et il fallait déjà se préparer à migrer vers un autre monde, WATERWORLD (très bon film de 1995) il est déjà trop tard également, toutes les terres sont immergées et on ne doute pas que c’est à cause du réchauffement climatique; dans l’épisode 5 de la saison 1 de STARGATE SG-1 l’atmosphère est totalement polluée et corrosive et la population est réfugiée derrière un dôme; dans ELYSIUM (2013), l’élite s’est carrément installée dans une station orbitale à l’abri du dépérissement de la mère planète.

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Bon, bien-sûr, il doit exister, y compris dans la littérature SF, des tas et des tas de contre-exemples de mondes où la prise de conscience de l’humanité est suffisamment précoce pour que les humains soient sauvés de leur propre folie ! Je pense notamment aux civilisations humaines très avancées, qui ont conquis l’espace sans délaisser la mère-planète (ex STAR TREK) où l’on suppose qu’ils ont su surmonter cette crise écologique majeure.

Afficher l'image d'origine
Londres dans Star Trek Into Darkness (from latavernedutroll.wordpress.com )

Je fais partie je pense de la première génération à qui l’on a fait prendre conscience des dangers de l’industrialisation à outrance et de la nécessité de protéger notre environnement. Grâce au CLUB DOROTHEE (oui, oui le Club Do lol) ou à des dessins animés comme le CAPTAIN PLANET (bien avant Sauron et ses anneaux, il y a eu le capitaine Planète et ses 5 anneaux pour lutter contre la pollution terrorriste).

Afficher l'image d'origine

Alors on espère ne pas finir comme dans WATER WORLD mais plus comme dans STAR TREK sans l’aide du CAPTAIN PLANET mais tous ensemble et avec des rencontres au sommet comme la COP 21 à Paris.

http://www.cop21.gouv.fr/

Afficher l'image d'origine

SPECIAL HALLOWEEN (two weeks later)

Afficher l'image d'origine

Il y a 11 jours, c’était la Toussaint & Halloween, la fête des morts. J’ai eu un mal fou à trouver un lien en science-fiction et paranormal qui ne soit pas Fantastique et qui soit en même temps un coup de cœur.

Deux semaines plus tard, j’ai fini par me rappeler d’un film d’animation américano-japonais que j’avais vu, très SF, mais paranormal quand même que j’avais adoré : FINAL FANTASY, LES CREATURES DE L’ESPRIT (2001) ; et d’un film américain SF-horreur/frisson : L’EVENT HORIZON, LE VAISSEAU DE L’AU-DELA (1997) qui est pas mal dans le genre (bien que cela ait été un flop commercial).

D’habitude le thème des fantômes et des esprits tombent sous la coupe du fantastique, mais étant donné que les deux histoires se passent dans le futur avec un recours à des technologies très avancées que nous n’avons pas encore réalisé, je peux dire sans me tromper que c’est de la SF (je crois ^^).

Le film d’animation raconte donc l’histoire d’une jeune femme qui se bat (pour sauver la planète évidemment) contre de mystérieux fantômes qui ont envahi la planète et qui ne sont rien d’autre qu’une forme de vie non-organique différente de la nôtre (les règles de la SF sont donc bien respecté, ouf).

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=26885.html

Afficher l'image d'origine

Quant au film, l’EVENT HORIZON (l’horizon des événements, limite autour d’un trou noir au-delà duquel on ne peut plus rebrousser chemin pour tomber inéluctablement dans le puit sans fond) raconte le sauvetage d’un vaisseau perdu qui tourne au cauchemar. La limite entre la SF et le fantastique est là un peu plus ténu étant donné que les protagonistes de l’histoire eux-mêmes sont consternés par la tournure des événements.

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=17491.html

Afficher l'image d'origine

Je suis d’accord, j’aurais pu mettre ALIEN, PREDATOR… et j’en passe.

JOYEUX HALLOWEEN EN RETARD ! dixit le chat

WP_20151024_016

LES UTOPIALES 2015

utopiales

Voici 3 jours que je n’ai rien posté sur le blog…mais j’avais une excellente raison. Laquelle ? Non, je ne me tournais pas que les pouces. Sans vous racontez ma vie, j’ai fait un petit tour à Nantes ce weekend pour les UTOPIALES, le festival international de Science-Fiction, qui serait la messe des fanas du genre.

Je ne me considère pas si novice dans le « milieu » mais je ne connaissais pas du tout cette manifestation, ni même entendu parler.

Je ne regrette absolument pas d’y être allé, ça a été génial. J’ai appris et vu des choses intéressantes. Je pense que j’y retournerai l’année prochaine (ne serait-ce que pour profiter à nouveau de la belle ville de Nantes et de ses habitants).

Il y a eu au programme des projections de films de SF et de documentaires sur le genre, des expos (Manchu en particulier – je mettrai des photos sur le facebook du blog), des ateliers (construction de vaisseaux spatiaux Lego, programmation de l’androïde Nao…), des séances de dédicaces (ce serait bien d’y être en tant qu’auteur ^^) et bien-sûr des conférences et tables rondes toutes vraiment intéressantes.

Ce que j’ai préféré: une table ronde traitant des « exoplanètes » dans la vie réelle et dans les films SF ou encore un vieux film de 1964: Les premiers hommes dans la Lune de Nathan Juran (adapté du livre de Wells, on y retrouve le professeur Cavor et sa célèbre cavorite).

Si vous y étiez, qu’en avez-vous pensé ?

SCIENCE-FICTION #SF

 

Quand je dis SF, à mon grand désespoir, peu de personnes comprennent. Lorsque je rectifie par Science-fiction, ça va beaucoup mieux.

Mais il y a souvent confusion. Il ne faut pas, en effet, la confondre avec la Fantasy ou le Fantastique même si tous les trois obligent le lecteur (et le spectateur) à faire preuve d’ouverture d’esprit et d’imagination particulière pour se projeter avec aise dans le monde surréaliste qu’on lui propose.

Qu’est-ce qui les différencient donc ?

Si je me concentre bien fort pour me rappeler mes cours de français qui faisaient référence à ces genres littéraires et cinématographiques, je dirai que le Fantastique se caractérise par la brusque irruption d’événements surnaturels dans un décor réaliste identique à celui dans lequel nous vivons. A ce titre, les films d’horreurs sont Fantastique (mais pas fantastiques, vous me direz, pour les moins courageux d’entre nous). Lisez le Horla de Maupassant, c’est du Fantastique (horreur quand même).

La Fantasy fait intervenir, quant à elle, la magie dans un monde souvent proche de l’époque médiévale occidentale et de son bestiaire fantastique (sorcières, elfes, dragons, licornes et autres créatures magiques).

La SF dans tout cela ?

Eh bien, elle explore notre monde tel qu’il pourrait évoluer dans le futur, tel qu’il aurait pu être si un événement du passé est modifié ou rajouté, tel qu’il peut l’être dans une réalité alternative (monde parallèle).

Aussi, les auteurs de Science-fiction, qui sont forcément des mordus de sciences (ou s’y intéressent fortement), se plaisent à détailler, parfois à l’extrême (j’espère que ce n’est pas mon cas ^^) tous les aspects techniques des théories et technologies présentées.

Normalement, la SF ne devrait jamais faire intervenir la magie comme la Fantasy car tout est explicable par des théorèmes, postulats et démonstrations scientifiques; et elle ne devrait jamais faire intervenir non plus l’étonnement des protagonistes face au futurisme (comme pourrait le faire le Fantastique).

Malheureusement (ou heureusement), rien n’est jamais ni tout blanc, ni tout noir, et moi-même je fais intervenir à petites doses magie et étonnement dans la Conspiration des Colombes. C’est vrai, je vous l’accorde, je ne suis pas puriste, juste biologiste.

La S.F. est mon coup de cœur N°1

240_F_142458396_JqIKzv7MalfEQ7oXPbJ8cNdJJHiJPGgZ