CHAPITRE 5: L’ONIROSCOPE

Le groupe avait utilisé un monte-charge pour descendre dans la salle de séjour principal. Bien évidemment, la gigantesque pièce faisait honneur au reste de la vaste demeure. La décoration, inspirée des maisons vénitiennes, était certes simple, mais ravissaient les visiteurs qui prenaient place dans les canapés. Tout le monde avait remarqué, en particulier Sonja, le somptueux coffret en jade taillé qui siégeait au milieu de la grande table basse du deuxième salon. Chacun sirotait sa boisson chaude, et les mixtures semblaient dissiper les effets de l’alcool.

Pendant ce temps, des serviteurs venaient déposer près des visiteurs des casques, comme celui qu’avaient le vieil homme et la grand-mère. Gasper apporta, quant à lui dans ses mains géantes le fameux appareil icosaédrique qui clignotait déjà.

– Savez-vous ce que c’est ma chère Sonja ? interrogea Jacques.

– Un oniroscope ! S’exclama-t-elle. On dirait un vieux modèle, c’est incroyable.

– C’en est un du XXIe siècle ! cria Aldric, visiblement expert en la matière.

– Et en parfait état de marche, rajouta Jacques. D’habitude ce type d’appareil n’est réservé que pour les communications confidentielles dans les hautes sphères politiques. Mais, je souhaiterais vous inviter à rêver un peu avec moi, si vous le voulez bien.

Aldric et Sonja se regardèrent. Jamais l’oniroduction, l’usage de l’oniroscope, n’était proposé au commun des mortels. Car très difficile, il fallait un bon entrainement pour y arriver et éviter certains effets secondaires.

Sonja demanda un peu gêné :

– Comment on s’en sert ?

– C’est un appareil qui sert, outre à communiquer sur de longues distances, à visionner, enregistrer et partager des rêves et des souvenirs. Je vous raconte ce que j’ai vécu, mais je ne suis pas sûr que vous visualisiez tout à fait bien. Et sachez que les événements n’ont pas commencé exactement en 2001. Mais une soixantaine d’années plus tôt. Voire bien avant si vous saviez…

Cette nouvelle eut vite fait de la convaincre :

– Ce serait avec plaisir, mais comment pourrions-nous le montrer ensuite dans le documentaire ?

– Ne vous en faites pas…  Il a une fonction enregistrement, lança-t-il à Sonja pour la rassurer.

Elle regarda encore Aldric et haussa les épaules en signe d’approbation :

– Bien. Comment procède-t-on ?

Elle déposa sa tasse de thé rouge au corossol-piment et pris le casque. Excité comme un enfant, Jacques répondit :

– Ne vous en faites pas. Mettez tous le casque sur votre tête. Vous n’avez rien d’autres à faire qu’à vous détendre. C’est moi le pilote.

Il réglait la machine en effleurant des boutons invisibles à sa surface. Sonja écarquilla les yeux. Elle s’exécuta comme tous les autres. Elle ajusta délicatement le casque sur ses tempes et s’assura que la visière était correctement placée sur son front. Elle avait peur de casser l’arceau qui était en fait d’une solidité à toute preuve malgré sa finesse. Des lumières se mirent aussitôt à clignoter en écho avec l’appareil. Elle s’enfonça plus confortablement dans le canapé et attendit. Jacques les regardait tous d’un air amusé. Quand il détermina que tous étaient prêts, il mit le sien et claqua des mains :

– C’est parti !!!

Ils se sentirent alors aspirés à l’intérieur d’eux-mêmes.


Tandis que les uns, confortablement assis, se prenaient à rêver de notre époque ; les autres, autour d’un feu enchanteur, commençaient à imaginer le monde tel qu’il était il y a 73 500 ans ; lorsque ceux, pareils à des dieux, foulaient encore la terre des Hommes.

Chacun d’eux se laissait emporter sans savoir que les uns et les autres étaient connectés par un lien subtil.

CHAPITRE 4: LE DÎNER

– Ses premières paroles avait été : « Je viens en paix. Je remercie tous les peuples de la Terre de m’avoir accueilli dans leur foyer ».

– Excusez-moi ?

Sonja enfournait goulument un morceau de bavette à l’échalote. La pointe de moutarde à l’ancienne, d’un goût authentique rendait le morceau particulièrement savoureux.

Elle avait tenu à avoir, autour de l’immense table, la place la plus proche du doyen de la pièce. Ce dernier tenait du bout des doigts un verre de vin rouge de dix ans d’âge, ouvert pour l’occasion. Les bouteilles avaient vieillies dans des fûts déposés en mer, au large des régions viticoles de Bordeaux. Il en était très fier. D’autant plus qu’il y avait mis le prix pour les obtenir.  Il s’amusait à faire tournoyer le breuvage doucement sur les bords du verre. Bien qu’il n’y connaisse rien, il passait aisément pour un expert aux yeux des convives qui le scrutaient. Ils ne s’y connaissaient pas plus en œnologie car pour un habitué, cela aurait été un sacrilège de voir cela. A vrai dire, aucun des invités n’avait réellement bu de vin de toute sa vie. C’était un produit très luxueux.

– Je parlais du signal Enigma… la viande est-elle bonne ?

Il parlait assez fort pour s’adresser aux convives mais fixait malicieusement la fourchette de la journaliste-reporter qui disparaissait furieusement dans sa bouche. Cela ne manqua pas de la mettre mal à l’aise. Elle tenta donc de paraître plus distinguée qu’elle ne l’était déjà en dissimulant le plaisir extrême que ses papilles lui procuraient.

Aldric, qui avait été, semble-t-il,  plus assidu, pris la parole :

– Ce fantôme dans le système, c’était comme si on avait planté une graine dans les tréfonds d’internet, qu’une intelligence artificielle sophistiquée avait grandi, appris et avait été capable dix ans après, de communiquer avec nous. C’est bien cela… ?

– Je me vois dans l’obligation de rectifier ! Elle avait grandi ! Elle avait appris ! Mais était capable de communiquer avec nous dès le départ, dès son entrée sur internet ! Mais nos systèmes étaient trop archaïques pour qu’elle puisse le faire. Dix ans après, les systèmes l’étaient toujours, mais ils étaient suffisamment avancés pour qu’elle puisse établir un dialogue clair avec ce qu’elle appelait « chaque entité humaine » de cette planète. Mais sachez que sur cette île, entre autre, qui avait plusieurs dizaines d’année d’avance technologique sur le reste du monde, elle avait d’ores et déjà pris contact et annoncer la couleur des choses.

La journaliste-reporter sentit qu’elle avait un peu perdu le contrôle de l’interview. Elle délaissa un peu son assiette pour entrer de nouveau sur le ring. L’intervention de son collègue, qu’elle avait jugée peu pertinente, l’avait tout de même fait réagir :

– Tous les téléspectateurs qui nous écouteront ne le sauront peut-être pas, mais expliquez-nous comment cela pouvait-il être possible ? Je veux dire, comment ce signal a-t-il pu prendre contact avec nous ? Comment a-t-on su qu’elle venait en paix, qu’elle nous remerciait de l’avoir accueillie ?

– C’est bien simple, Enigma était partout. L’avoir transmise à travers la toile, avait été pour elle une invitation. Elle s’était propagée dans nos ordinateurs, nos téléphones portables, même dans les satellites, les sondes spatiales les plus lointaines, tout ce qui possédait un circuit imprimé, un disque dur, partout. Sur internet, elle s’était créé un site officiel, des profils sur les plateformes de réseaux sociaux, avait une boîte mail. Alors quand elle s’est adressée à nous, elle a tout simplement envoyé des SMS à tous les cellulaires, des courriels sur toutes les adresses et afficher ouvertement et officiellement sa présence sur les réseaux sociaux et son site internet. Elle avait même détourné les satellites, les lignes terrestres et les ondes hertziennes pour passer à la télévision et à la radio. Le monde avait donc pu l’entendre, la lire mais pas la voir dans sa forme…concrète. Et chacune des nations du monde dans sa propre langue et dialecte.

La conversation se poursuivit tout au long du repas. On servit bientôt le fromage. Puis quelques temps après, voyant que tout le monde avait terminé son dessert depuis une bonne quinzaine de minutes, il se servit le fond de bouteille de vin, la but d’une seule traite, soupira et se leva :

– Loin de moi l’envie de vous commander, mais si nous allons dans la salle de séjour principale, il nous sera servi des cafés gourmands ou des infusions pour les plus repus.

Les convives se levèrent de table. Tous étaient rassasiés. L’homme d’une cinquantaine d’années s’était hâté pour ne pas être vu par Jacques. Il ne voulait pas recevoir une remarque cinglante sur son apparence, encore une fois. Quoiqu’effectivement, son ventre avait pris l’apparence d’un ballon bien rond.

La longue table ressemblait à un champ de ruine. Les invités n’avaient rien délaissé entre la soupe veloutée aux légumes et aux croutons, l’entrée de salade royale agrémentée de saumon fumé, de foie gras et de truffes noires. Ils n’avaient pas épargné non plus le plat principal de viandes en cortèges généreusement assaisonnées, les sauces odorantes, les pommes de terre fondantes et les marrons gratinés, les crumbles salés, les fromages forts, les pains chauds, sans oublier les desserts glacés, pâtisseries fines et autres crèmes chocolatées. Les boissons n’avaient pas été en reste non plus. Outre le vin, ils avaient eu droit à du champagne, du cidre et des jus de fruits exotiques.

Aldric se leva. De ses 1M90, il dépassait d’une bonne tête le vieillard et de trois têtes Sonja. Il mit sa main sur le ventre.

– Ce repas a été fort copieux, souffla-t-il.

– Mais tous, vous avez eu fort un bon appétit. Ça fait plaisir à voir, lui répondit Jacques.

Il regardait Sonja, la tête penchée avec son sourire coquin habituel. Sans se désarmer cette fois-ci, elle lui susurra en enserrant le bras :

– Oh, mais c’est que jamais nous n’avons mangé chez un ancien ambassadeur. Tout était tellement bon. Mes félicitations au cuisinier, mes papilles sont encore en émoi. Et le vin ? Je n’en bois pas souvent, mais je sais reconnaître un bon cru. Il était excellent.

– Je vous laisserai féliciter Gasper en personne. C’est mon majordome qui a tout préparé ce soir et fait le choix d’exception. Un vrai cordon bleu, ce qui, vous me l’accorderez, est sa meilleure qualité. Plus que son caractère. Quoiqu’en garde du corps, il est aussi un as.

Sonja eut l’air agréablement surprise. Elle hocha la tête en souriant. Elle rajouta tout de même :

– Eh bien ! Un androïde cordon-bleu… Nous cache-t-il d’autres talents ce cher Gasper ?


La poudre violette que la grand-mère avait jetée au feu avait excité les braises qui crachaient des étincelles multicolores. Les flammes attisées dansaient sur le bois avec une lueur turquoise. Elles dégageaient une légère fumée blanche à l’odeur de vent marin. Les gens assis en demi-cercle autour d’elle étaient comme hypnotisés. Leur imagination était prête à déborder et à les transporter loin là-bas, dans ce monde ancien qu’il ne connaissait pas. Leur voyage commençait.

CHAPITRE 3: LE SIGNAL ENIGMA

Le vieil homme dans l’embrasure ouvrit plus grand le battant des portes en chênes. En dépit de son apparence très âgée, il était fringuant et tout pétillant. Il était difficile de croire qu’il allait bientôt partir définitivement.

– Si vous voulez bien vous donnez la peine…

Il fit un geste à la jeune femme asiatique et aux autres pour les inviter à entrer. Ils s’exécutèrent tous comme un seul homme. Ils traversèrent une antichambre, qui ressemblait plus à un large couloir, avant de découvrir la fameuse salle des rendez-vous. Une salle vaste et lumineuse, de décoration victorienne, percée d’une large baie vitrée qui donnait sur un parc boisé et à travers laquelle filtrait la lumière du soleil des fins d’après-midi. Il y avait des tableaux, une table sculptée, un divan, des chaises et quelques fauteuils.

Le vieillard n’était pas seul, ses deux fils et sa fille étaient présents. Il se dirigea vers son siège, aidé d’une canne à pommeau et s’assit ; tandis que ses enfants plaçaient la journaliste et son acolyte. Quant aux autres, ils commençaient à installer leurs appareils sophistiqués d’enregistrement sensoriel  un peu partout dans la pièce. Ils flottaient dans les airs sans bruit.

– Je vous prie d’excuser mon majordome, c’est un androïde quelque peu pointilleux, très à cheval sur les horaires, mais il est très gentil. Vous avez près de 20 minutes de retard et je suppose qu’il était passablement agacé… vous étiez sûrement en train d’aider nos écureuils pour l’hiver qui vient.

Il y avait quelque chose d’irréel et de malicieux dans sa voix.

– Un androïde, j’aurai dû m’en douter, pensait-elle.

Puis elle dit à haute voix :

– Toutes nos excuses à votre encontre, monsieur l’ambassadeur, des problèmes techniques, je suis confuse.

Elle jeta un regard noir aux techniciens et s’avança en tendant sa main que le vieil homme serra chaleureusement.

– Je vous en prie…, ex-ambassadeur. Je ne suis maintenant qu’un homme au crépuscule de sa vie. Nous allons rester un bon moment ensemble alors appelez-moi juste Jacques.

– C’est entendu, Jacques. Je suis Sonja Kosan, reporter de Planète, c’est moi qui ai été en relation avec votre agent de communication. Vous pouvez m’appelez Sonja. Et voici mon collègue Aldric Mazart, en présentant le jeune homme brun.

– Monsieur Jacques, c’est un honneur de vous rencontrer. Balbutiait-il.

– Mais enfin Aldric, si je peux me permettre de vous appeler par votre prénom ; ne faites pas tant de cérémonie, je souhaiterais que vous m’appeliez juste Jacques.

Ce dernier acquiesça, visiblement ému de serrer la main de cet homme. Il répéta juste poliment « Jacques ».

Puis, s’adressant à l’assistance :

– Mais asseyez-vous, prenez place, prenez place… Par quoi commençons-nous ?

Tout en s’asseyant, elle sortit d’une sacoche en cuir bleu marine une tablette tactile 3D dernier cri. Elle déclara :

– Oh monsieur, enfin Jacques, c’est réellement un honneur de vous rencontrer vous êtes une figure historique des Deux-Mondes. Nous faisons un documentaire, comme vous le savez peut-être, sur cette période charnière de notre Histoire. Et nous savons que, pour l’avoir vécu vous-même et pour avoir eu un rôle déterminant dans les changements de notre planète, vous êtes la personne la plus indiquée, la mieux placée pour nous raconter ce qui s’est passé ; nous donner des détails qui n’entrent pas forcément dans les livres d’Histoire mais restent tout de même des anecdotes précieuses pour comprendre l’état d’esprit de l’époque, des gens.

– Oui, tout à fait, je sais pourquoi vous êtes là. C’était mon idée.

Il dévia son regard vers les personnes vêtues en noir et blanc qui terminaient d’installer leurs appareils en les connectant en réseau :

– Mais servez-vous, servez-vous, il y a à boire pour toutes les gorges sèches, là-bas.

Il indiquait une porte dissimulée. Il interpella un homme d’une cinquantaine d’années, qui en paraissait vingt-cinq. Mais il était presqu’aussi maigre que lui :

– Vous, jeune homme ! Allez prendre un remontant pour vous regonfler un peu ! Vous semblez tout lyophilisé ! Les jeunes, je vous jure…

Il se recentra sur Sonja. Il leva les yeux au ciel, fouillant dans sa mémoire et mit l’index sur la commissure de ses lèvres. Cela lui donnait un petit air d’enfant cabotin qui contrastait avec son grand âge. Puis il commença, chacun suspendu aux mots sortant de sa bouche.

– Laissez-moi me rappeler le début exact de cette odyssée… Oui,… c’était il y a 350 ans de cela exactement, 18 ans après ma naissance. L’ancien radiotélescope d’Arecibo à Porto-Rico avait reçu le signal. Un signal radio de 72 heures émanant du vide intersidéral. Il changea à jamais et irrémédiablement l’Humanité et son Histoire. Ironiquement, ce grand événement avait eu lieu le dimanche 1er  avril en 2001. Nombreux, parmi les grands médias, ne relayèrent l’information que le lendemain. Mais de toute évidence, comme vous vous en doutez, et compte tenu de la nature de l’information, tout le monde, y compris moi-même, n’y avons pas cru. Nous pensions que c’était un canular du 1er Avril ; que c’était pour faire le « buzz ».

Pendant qu’il parlait, il avait saisi à bout de bras un dossier sur la table sculptée. Il en retira un vieux papier jauni qui était sous plastique et le tendit à Aldric. Voici un extrait d’une ancienne dépêche écrite de l’Agence Française de Presse qui relate ce que mes contemporains ont appelé pendant plusieurs années le signal Enigma. Lisez-le à haute voix pour tous nos amis, s’il vous plaît, je n’ai plus une très bonne vue.

Aldric s’exécuta :

« Depuis ce matin à 11H56, heure universelle, le plus grand radiotélescope du monde, à Arecibo, Porto-Rico, capte un signal radio non cyclique, non-répétitif et non-aléatoire de provenance inconnue mais extérieur à la Terre. Il pourrait s’agir du premier signal extra-terrestre qui prouverait clairement l’existence d’une vie intelligente ailleurs que sur notre bonne vieille planète. »

Jacques reprit aussitôt :

– Et c’est peu dire ! Les médias de par le monde ne parlèrent bientôt plus que de cela. Une surmédiatisation selon certains mais qui a marqué les esprits. Les experts scientifiques multipliaient les déclarations et les conférences. Ils ne pouvaient laisser échapper leur excitation quant à la quasi-certitude de l’existence d’une vie intelligente extraterrestre capable d’émettre un signal radio.

Sonja, se sentant un peu mise à l’écart de ne pas avoir eu le précieux papier à lire entre les mains, intervint en posant une question, avec tout son sérieux et tout son professionnalisme :

– Vous rappelez-vous de la première conférence officielle ?

– Oui, en effet. Cette conférence était très attendue. Elle a eu lieu quinze jours plus tard. Je n’ai vu que la retransmission au journal de 20 heures, parce qu’elle avait eu lieu aux Etats-Unis. Elle était organisée par le SETI, le programme de recherche d’une intelligence extraterrestre. Ils avaient alors déclaré que le signal Enigma était un signal de forte puissance que l’on pouvait comparer à un laser. Il avait duré près de 72 heures et avait été confirmé par le radiotélescope interféromètre californien ATA le jour même et celui de Burbank en Virginie. Puis le lendemain, par les radiotélescopes européens. Ceux de l’institut Max Planck en Allemagne et de Nançay en France… et celui de Jodrell Bank en Angleterre, il me semble.

Sonja l’interrompit. Elle voulait éviter la monotonie d’un monologue, même si cela serait gommé au montage. Sa tablette en main, et la manipulant avec un doigté d’experte, elle lui suggéra :

– Je souhaiterais, Jacques, vous montrer un extrait de cette conférence et que vous me racontiez votre ressenti par rapport à tout cela. Ne vous en faites pas, la traduction vocale est intégrée.

Elle tapotait frénétiquement sur l’écran. Des images semblaient bondir à sa surface. Puis son pouce et son index en forme de pince extirpèrent une petite boule de lumière hors de la tablette, qu’elle jeta devant elle. Une vidéo holographique en émergea : au beau milieu de la salle des rendez-vous, se tenait un homme d’une quarantaine d’années, barbu, des lunettes rondes, simplement vêtu, le visage émacié et fatigué mais clairement excité par la caféine et par ce qu’il était en train de déclarer. Il gesticulait derrière un pupitre de conférencier :

« Nous sommes certains, vu la puissance phénoménale du faisceau de l’onde radio et sa configuration, que le signal Enigma a été émis intentionnellement. Nous confirmons qu’il s’agit bel et bien d’un signal non-humain, qui ne provient d’aucun de nos satellites ou de nos sondes spatiales, ni d’un quelconque objet naturel de l’univers. Nous confirmons, avec certitude, que ce signal est d’origine intelligente et extraterrestre ! »

A cette annonce, on pouvait entendre la réaction bruyante de l’assemblée de la conférence. On ne pouvait que la deviner car elle n’était pas projetée. L’homme reprit :

« Aujourd’hui, nous sommes malheureusement incapables de décrypter et de connaître le contenu des informations transmises, ni l’origine du signal. Et ce, en dépit de son apparente simplicité, assimilable à un code binaire informatique classique. Le signal Enigma est en réalité très complexe et surtout très lourd. A la minute où je vous parle, des experts du monde entier planchent sur ce problème fascinant. Mais la masse des données transmises dépasse largement les capacités d’analyse des ordinateurs du SETI et ceux mis à notre disposition. C’est pourquoi, nous invitons la population du monde, tous ceux qui ont un ordinateur, à participer en téléchargeant gratuitement sur notre site le logiciel SETI@home, afin que nous puissions trouver ensemble, ce que les petits hommes verts ont à nous dire. »

La vidéo se coupa comme un arrêt sur image et s’évanouit dans les airs en des millions de voxels. Jacques se redressait de son fauteuil et enchaîna aussitôt, il eut un ricanement singulier :

– Ecoutez, je revois cela maintenant depuis longtemps mais c’est comme si c’était hier. Contrairement à ce qu’a dit ce monsieur, ce signal n’avait absolument rien de martien. Je vous dis cela, parce que beaucoup l’avait cru quand il avait dit : « petits hommes verts ». Un quotidien très en vogue avait titré sa couverture : « Mars nous attaque ! ».

Il prit une pose et devint étrangement sérieux, il avait alors une attitude de politicien très concerné et paternaliste :

– Cette déclaration choc avait ébranlé, toutefois, les certitudes de notre civilisation. Les débats infructueux et stériles, parfois houleux que ce soit dans les médias ou dans la vie personnelle, s’intensifiaient. Même les religions y avaient pris part.

On se demandait si nous avions bien fait de mettre dans les célèbres sondes spatiales des programmes Voyager et Pioneer autant d’informations sur l’humanité. Si nous n’allions pas être envahis et exterminés. Tout simplement, est-ce que finalement, le fait que la vie existe ailleurs, est-ce que certaines religions étaient vraiment légitimes. On pouvait entendre vraiment tout et n’importe quoi, de la théorie du complot aux témoignages d’enlèvement douteux.

On aurait pu penser que le fait de ne plus se savoir seul dans l’univers aurait uni les Hommes dans un même objectif ; que ce fait nous aurait unis dans un élan de paix et d’union face à ce qui aurait pu nous anéantir, un sursaut de fraternité entre tous les Hommes. Bien au contraire, les conflits, même dans nos vies personnelles, rendus absurdes par cet événement, n’avaient pas cessé. Ni même la quête effrénée de la croissance au mépris de l’environnement. Même si pendant des mois, nous n’entendions plus parler de guerres, d’assassinats, d’attentats, de catastrophes naturelles ni de faits divers malheureux. Ces faits existaient toujours. Mais l’encre ne coulait que pour le signal Enigma et occultait tout le reste. Certains dictateurs de l’époque en avaient bien profité…

– Est-ce que nous pouvons revenir sur ce logiciel SETI@home. Il a eu une grande importance, n’est-ce pas ? L’avez-vous téléchargé vous-même ? Coupa la journaliste-reporter clairement à l’aise dans son exercice.

– Ce logiciel a été le plus téléchargé au monde. Plus des trois-quarts des foyers reliés à l’internet avaient contribué à cet élan d’effort international ! Et pour répondre à votre question, je faisais moi-même partie des trois-quarts ! J’étais enthousiaste comme tous les autres, curieux, inquiet, impatient, tout cela à la fois. Par la suite, j’ai participé à bien plus, mais nous y reviendrons.

Il changea de position dans son fauteuil et eut l’air d’hésiter. Il lâcha finalement, d’une voix lente et basse, presque comme s’il voulait chuchoter :

– Je vais vous apprendre une chose. Je ne l’ai apprise que bien plus tard en tant que diplomate des Deux-Mondes, ou même avant, je ne me souviens plus.

Les oreilles de l’auditoire s’étaient dressées. Les yeux de Sonja et d’Aldric brillaient.

– L’année d’après, les experts s’étaient rendu compte que transmettre les données du signal Enigma par internet dans le monde entier grâce à ce logiciel avait été une grave erreur. (Il prit une longue pose de suspens). Les gouvernements, affolés et craignant la réaction du public, leur avaient imposé le secret sur ce qui était en train de se passer dans les systèmes informatiques. Les données binaires indéchiffrables du signal s’étaient mises à se comporter de manière étrange dans le bruit de fond de la toile. Elles n’avaient ni les caractéristiques d’un vers ou d’un virus informatique, ni d’un cheval de Troie, mais y ressemblaient farouchement. Elles se propageaient dans tous les systèmes informatiques à partir de ceux qui étaient doté du célèbre logiciel. Elles n’avaient pas épargné les sites gouvernementaux, même ceux isolé de l’internet, ou ceux avec les pare-feu les plus sophistiqués, pourtant les plus sûrs et les plus sécurisés. Elles semblaient copier toutes les données disponibles, sans distinction aucune. Ils ont appelé cela « bactérie informatique » pour le distinguer des virus et autres avatars malfaisants des systèmes informatiques. L’armée américaine s’était rendu compte la première du problème lorsqu’elle avait réalisé que toutes leurs armes nucléaires avaient été rendu inutilisables. Etait-ce pour nous empêcher de faire face à une offensive extérieure ? Ou plutôt retourner nos propres armes de destruction massives contre nous-même ? Quoi qu’il en soit, le monde n’a jamais su, qu’à ce moment-là, la donne géopolitique avait radicalement changé.

L’auditoire était captivé. Il poursuivait sa narration :

– Malicieuses, elles empêchaient toutes tentatives d’être étudiées. Il était donc impossible de les stopper ou de les éliminer. Elles ne posèrent cependant aucun autre désagrément, n’altéraient pas les performances et le fonctionnement normal des ordinateurs. Elles passaient tout simplement inaperçues aux yeux des non-initiés. Elles ne semblaient être qu’un fantôme dans le système.

L’ancien diplomate soupira en repensant à tous ses souvenirs lointains qui se bousculaient et ré-émergeaient de sa mémoire. Il se disait que c’était incroyable d’avoir, à 368 ans, un esprit aussi vif qu’à ses 18 ans. Bien sûr, il avait le corps d’un homme de 95 ans, mais c’est comme s’il se sentait près à revivre physiquement toutes ses années tumultueuses qui avaient déterminé l’avenir de toute la planète.

Il répéta lentement, le regard tourné vers la baie vitrée, perdu dans l’horizon qui s’était fortement assombri :

– Elle ne semblait être qu’un fantôme dans le système…

Dans sa tête, il ne pensait pas aux données quand il disait « elle » mais bien à autre chose. Il se ressaisit soudain, sentant les paires d’yeux attentifs à ses faits et gestes :

– Excusez-moi, je sais qu’il est tôt, je pense que je manque à tous mes devoirs. Nous sommes à l’heure anglaise sur cette île ; et pour mon estomac, il est déjà l’heure de passer à table. Vous êtes tous conviés à venir diner avec moi, et je peux vous assurer que ce repas sera bien français.

Il se levait, aidé de sa canne. Levant les bras en l’air, il enjoignait le reste de la pièce à se lever aussi et à le suivre. Arrivant à la hauteur de l’homme qu’il avait interpellé pour qu’il aille boire, il lui dit d’un air taquin :

– Vous m’avez l’air encore un peu trop sec. Ne vous en faites pas, après ce repas, vous aurez l’air d’un ballon de baudruche.

L’homme ne savait pas s’il devait être vexé ou flatté de cette attention toute particulière venant d’un homme aussi admiré. Il lui répondit juste par un sourire poli.

Sonja était satisfaite de ce premier entretien, mais elle aurait voulu le continuer car il était bien lancé. C’est comme s’il avait su, parce qu’il lui avait jeté un regard plein de gentillesse :

– Ne vous en faites pas, Sonja, nous reprendrons là où nous nous sommes arrêtés, mais dans la salle des fêtes. Rien de mieux que d’avoir le ventre bien plein, pour conter une histoire extraordinaire.


Le crépuscule descendait rapidement sur l’horizon, comme partout ailleurs sous les basses latitudes. La grand-mère balayait avec beaucoup de zèle un petit carré de la grande cour tout en surveillant ses petits enfants qui s’amusaient.

Les femmes terminaient de gratter et laver les marmites, les hommes sur la terrasse formaient un groupe de discussion dont le sujet semblait extrêmement sérieux. Elle se disait en elle-même que la vie loin des facilités technologiques de la grande ville leur faisait un bien fou.

Se redressant pour craquer son vieux dos, elle leva les yeux pour scruter avec attention le ciel, comme pour y déceler un défaut puis interpella des gosses plus âgés très occupés autour d’un lézard apeuré et sans queue.

– Laissez cette pauvre bête en paix ! Et allez me cherchez du bois plutôt…, c’est l’heure.

Sa voix était chevrotante mais chaleureuse et forte malgré son grand âge.

– Et vous mes tout petits, venez là, venez tous que je vous raconte la grande histoire.

Elle appuya son balai contre un muret tout près et alla au milieu de la cour.

Elle fut bientôt rejointe par les enfants, les plus jeunes et les moins jeunes et même les adultes qui accouraient de tous côtés pour former autour d’elle un demi-cercle.

Assise sur un petit tabouret devant un tas de bois et d’herbe sèche, elle gratta une allumette et y mis le feu. Elle eut l’air de réfléchir et se leva furtivement pour resserrer son pagne. En réalité, elle avait récupéré d’un pli de son habit une petite bourse remplie d’une poudre violette.

La nuit claire était complètement tombée, les étoiles pointaient leur nez par milliers en une longue traînée qui était la voie lactée. Les grillons grésillaient bruyamment dans les touffes d’herbes hautes de la cour.

L’auditoire, impatient, se blottissait assis sur des nattes, fixant la vieille femme dont la voix était devenue subitement mystérieuse. Ses gestes étaient théâtraux et ses yeux exprimaient comme une douce folie. Ils rentrèrent dans une sorte de rituel. Le rituel qui précède toutes les histoires contées la nuit à la lueur des flammes :

– Est-ce que tout le monde est là tout près de moi? cria-t-elle.

– Oui, répondirent-ils tous en chœur.

– Est ce que tout le monde m’entend malgré le chant des grillons?

– Oui ! Oui ! Nous t’entendons !

– Est ce que tout le monde me voit à la lueur des flammes ?

– Oui ! Oui ! Nous te voyons !

– Oui ? Mais oui à qui donc ?

– Oui grand-maman !

– Et toi mon tout petit, s’adressant à ce minuscule garçon aux yeux immenses, est-ce que tu es là tout près de moi?

– Oui grand-maman, je suis là près de toi, je t’entends malgré les grillons et je te vois à la lueur des flammes…

– OUIIII ! reprirent-ils tous d’une même voix. Nous sommes là, nous t’entendons et nous te voyons !

– Bien ! Vos oreilles m’entendent et vos yeux me voient ! Et maintenant, que vos cœurs écoutent.

Elle put commencer dès lors :

« La grande histoire, je la tiens de ma grand-mère, une femme exceptionnelle tout comme moi. Elle me l’avait raconté il y a maintenant des années, de la même manière que je le fais à présent.

Elle la tenait également de sa grand-mère, une grande dame, paraît-il. C’est normal, c’est de famille. Et cette histoire se propage toujours ainsi, à travers les âges, depuis la nuit des temps.

Une grande Histoire, réelle, véridique, qui a débuté si ma mémoire ne me joue pas de tour, il y a plus de 73 500 années de cela.

Une aventure, une histoire des Hommes qui se passe bien avant le début de l’Histoire.

A une époque lointaine où les Anciens cohabitaient avec la Magie, qui cohabitaient elle-même avec les Sciences. Une époque reculée, où les Anciens cohabitaient avec d’autres espèces aussi intelligentes que la nôtre.

Mais hélas, comme vous pouvez vous en doutez, tout le monde ne pouvait vivre en totale harmonie. Mais tout de même il y avait un certain équilibre…, mais prêt à être rompu ».

Elle avait enchaîné ce bout de phrase avec une tonalité inquiétante.

« C’est la grande histoire, celle de l’empire le plus fabuleux que la terre ait jamais porté et de destins sans précédents à jamais oubliés.

Et maintenant, plongeons dans l’imaginaire et le rêve, mais aussi l’horreur… ».

Elle avait écarquillé les yeux et jeta, sur ces dernières paroles, une poignée de poudre violette dans le brasier qui se consuma en une multitude de gerbes de couleurs et de crépitements mélodieux…

CHAPITRE 2: LE MANOIR

Les deux journalistes-reporters et leurs techniciens découvraient l’intérieur de l’immense demeure. Une quinzaine de paires de souliers martelaient les dalles de pierre et de marbres de la gigantesque habitation.  Le majordome, en tête de file, marchait vite, d’un pas assuré et léger malgré son apparence lourde. Toujours droit comme un piquet et le regard vers l’horizon. Ils passèrent le grand hall, ils empruntèrent de nombreux corridors, tous plus long les uns que les autres, et tous rivalisant de beauté et de décoration de tous styles. Ils tournèrent à droite, à gauche ; encore à gauche puis à droite, ils descendaient et remontaient, pour à nouveau descendre et remonter ; cela n’en finissait pas. Un vrai labyrinthe.

Les deux compères et leurs acolytes, quelque peu essoufflés, admirant en hâte le spectacle de l’endroit, commençaient à se demander si le majordome ne les faisait pas tourner en rond et s’il avait bien compris la raison de leur venue.

– Excusez-moi, m’sieur mais…, avait commencé la jeune femme.

Puis aussi brusquement qu’il s’était mis en route, il s’arrêta net. Surpris, les deux premiers de la file, eurent à peine le temps de ralentir et se tamponnèrent contre sa masse. Se retournant pour leur faire face et semblant n’avoir rien sentit de la bousculade, il dit tout bas d’un air réprobateur en pointant deux grandes portes en chêne massif:

– C’est le salon des rendez-vous. Il vous attend depuis vingt longues minutes… Ne le fatiguez pas, il n’est plus tout jeune.

Sur cette recommandation, l’ogre s’était transformé en un bon gros géant, sa voix toujours aussi grave et vibrante s’était faite moins abrupte et le volume sonore plus bas. On pouvait lire dans son regard une lueur de sympathie dans le fond gelé de ses yeux. Mais malgré tout, il restait droit et repartit de sa démarche tout aussi droite et automatique.

La jeune femme le regardait s’éloigner et lorsqu’elle ne le vit plus au bout du long couloir, elle devint aussitôt plus détendue. Elle arrangea son col, libéra ses longs cheveux noirs de son sage chignon, peigna de ses longs doigts manucurés ceux du jeune homme. Sa face s’éclaira, ses traits devinrent comme ceux d’une folle, se frottant les mains et pointant du doigt chacune des personnes présentes :

– Bon et bien nous y voilà enfin, la chance de notre vie d’avoir tous le prix Albert du meilleur documentaire. Alors ne la GÂ-CHEZ PAS, cette fois. Fini les gaffes… Attention c’est MO-A qui pose les questions, toi tu enregistres, toi tu filmes, et je ne veux pas un seul incident…

Elle entendit une raillerie sur le fait que c’était plutôt sa chance à elle d’avoir le prix. Elle fit mine de ne pas entendre le chuchotement, et se tournant de nouveau vers son collègue, elle lui adressa presqu’à demi voix sur le ton d’une menace à peine voilée :

– Tu peux intervenir bien-sûr mais uniquement si j’oublie des détails. Mais ça n’arrivera pas…

– Oui, oui, okay…, entonnèrent-ils tous en chœur.

Ils étaient exaspérés par son comportement de petit chef.

Une voix guillerette se fit entendre alors :

– Maintenant que vous avez donné vos belles recommandations, qu’attendez-vous alors pour entrer ? Vous savez, je suis un vieillard de plus de trois cents ans. Je n’ai donc pas toute la vie devant moi. Je pourrais très bien rendre l’âme sur le champ.

Surpris, ils se rendirent compte que dans l’embrasure de la porte, une silhouette grisonnante, presque fantomatique, un sourire allant d’une oreille à l’autre, les inspectait sous toutes les coutures. C’était le vieil homme du divan.


La jeune femme noire svelte comme un épi de blé était seule, assise sur l’herbe. Elle était songeuse. Elle caressait du bout des doigts ses lèvres en repensant au baiser. Il y avait longtemps que je n’avais reçu un baiser sur ses lèvres, se disait-elle.  Se levant, elle se rappelait encore l’odeur du massif de roses qui avait disparu. Elle esquissa un sourire qui illumina ses traits fins. Ses yeux noirs s’étaient légèrement plissés. Elle ramena ses longues tresses sur l’une de ses épaules et souffla comme si elle voulait éteindre une bougie. Le beau paysage s’évanouit alors et laissa place à une pièce remplie de vieilleries et d’antiquités. Le visage, à l’instant si jeune, était à présent parcheminé. Mais la ressemblance trahissait le fait que la jeune femme noire svelte comme un épi de blé était devenue cette vielle femme courbée par le poids du temps.  Elle avait le même type de casque en arceau muni d’une visière. Elle le retira et le déposa près du même type d’appareil icosaédrique.

Elle sortit de la pièce pour se mettre sur la terrasse. Elle observait le panorama de la cour : des arbres tropicaux au loin formant un petit massif boisé, des rires d’enfants et des conversations animées.  Ne trouvant rien à faire, elle entreprit alors de prendre un balai. Un minuscule garçon aux yeux immenses s’approcha d’elle et lui demanda en tirant sur son pagne :

– Grand-mère, pourquoi es-tu si heureuse ?

– Mon tout-petit, répondit-elle d’une faible voix. Je viens de voir un très vieil ami.

Puis elle se mit à rire de bon cœur comme une échevelée.

CHAPITRE 1: LE SEIGNEUR DE L’ÎLE NOIRE

Il était une fois, dans un monde très similaire au nôtre, sur une île mystérieuse entourée de hautes falaises noires, un très vieil homme qui avait vécu plus longtemps et plus d’aventures qu’aucun autre homme, disait-on.

Caché aux yeux du reste des mondes habités, il vivait là une retraite paisible, presque seul dans une maison cossue, au milieu d’une immense propriété. Aussi l’appelait-on le maître de l’île Noire. Cet homme peu commun, qui avait vécu des aventures extraordinaires, avait sans nul doute participé à changer la destinée de l’humanité toute entière. Sentant que l’heure était proche, pour tirer sa dernière révérence, il prit la décision de révéler enfin ses souvenirs et ses secrets. Il fit convoquer alors l’une des meilleures journalistes et prépara des mois durant cet entretien exclusif.

Le jour tant attendu arriva. C’était un doux après-midi d’automne. Beaucoup d’arbres s’étaient dévêtus. On ne pouvait entendre que le léger bruissement des feuilles mortes. Elles dansaient doucement sous la brise de la fin de l’été indien, accompagnées des chuchotements des écureuils qui commençaient à mettre de côté leurs réserves pour l’hiver.

Une voiture hybride bleu métallique venait de pénétrer dans l’immense propriété du maître de l’île Noire. Elle s’était garée devant son célèbre manoir. Elle fut bientôt suivie par une procession de camionnettes à antenne. Lévitant à quelques centimètres du sol, les véhicules s’étaient doucement posés sans un bruit et sans un souffle.

Les écureuils affairées laissèrent tomber noisettes et autres noix et observaient l’étrange spectacle qui s’offrait à eux.

Bientôt, un couple, une jeune femme asiatique et un homme brun plus jeune encore, descendit de la voiture. Puis ce fut le tour des autres engins de déverser un flot d’hommes et de femmes, qui très vite encombrèrent le perron et emplirent l’espace de leurs conversations. Tirés à quatre épingles et affublés d’électroniques, ils étaient tous en uniforme noir et blanc. Sauf le couple qui était vêtu classiquement. Ils avaient adopté, pour l’un, un costume cigarette gris et pour l’autre un tailleur bleu marine seyant.

Le vacarme avait eu raison de la curiosité des petits rongeurs qui détalèrent à toutes pattes dans les hautes herbes défraîchies. Seules sept colombes qui s’étaient posée dans les branchages semblaient observer la scène avec intérêt.

Les visiteurs furent rapidement accueillis par un majordome sorti de nulle part. Il était plutôt imposant et son air était peu commode. Sa carrure semblait occuper tout le cadre de la grande porte d’entrée.

Remarquant son air impassible et froid, la jeune femme décida de prendre les devants et tendit sa main:

— Bonsoir monsieur. Sonja Kosan, journaliste-reporter de Planète, nous avons rendez-vous avec …

L’homme, toujours impassible comme une tombe, se pencha mécaniquement tel un automate vers la jeune femme. De ses yeux, il balaya son visage comme pour mieux inspecter ses traits et tenter d’y déceler une trace qui pourrait trahir les véritables raisons de sa visite. Puis sans même jeter un coup d‘œil à la main qu’elle lui présentait, il gronda en lui coupant la parole :

– Un rendez-vous ? A cette heure-ci ?!

La voix du mastodonte était si grave que les visiteurs sentirent leur os du sternum vibrer.

– Hum oui… un rendez-vous…

La jeune femme ne se laissa pas décontenancer. Elle fit sa voix bien plus douce encore, comme pour amadouer un molosse à qui l’ont voudrait échapper et qui serait prêt à bondir :

– … pour une interview, ou plutôt un documentaire. Nous sommes attendus…

Elle eut à peine le temps de terminer ce qu’elle disait, que le majordome, haussant les épaules, tournant les talons, leur fit mine de le suivre ; ce qu’ils s’empressèrent de faire. Bien que chacun, en eux-mêmes, trouvait ce grand bonhomme robuste bien impoli pour un majordome, ou du moins pas très accueillant.

Deux hommes faisaient le guet à travers l’une des nombreuses fenêtres du manoir. Ils voyaient l’attroupement sur le perron. Une femme surgit derrière eux, pour observer également la scène :

– Ils sont enfin arrivé. Il faudrait peut-être réveiller Papa, non ?

L’un des hommes se retourna et secoua la tête.

– Il parle avec tu-sais-qui. Sa vieille amie de toujours.

– Ah, je pensais qu’il faisait une sieste tardive. Je me demande ce qu’il peut bien lui dire.

Non loin sur un divan, une petite forme maigrelette était couchée.  L’homme semblait dormir. On pouvait deviner sous ses paupières les mouvements rapides de ses globes oculaires, trahissant qu’il était en plein sommeil paradoxal. Cependant, en y regardant de plus près, il avait sur la tête, un casque en arceau à peine visible qui lui coiffait les tempes et muni d’une visière qui lui recouvrait le front. D’un petit appareil icosaédrique posé sur une table sculptée, de petites lumières clignotaient et semblaient répondre à un écho lumineux.

– Ce doit être suffisamment intime ou confidentiel pour qu’il utilise l’oniroscope à la place d’une télétransmission holographique. Laissons-lui encore quelques minutes. Ses invités sont encore en bas. Le temps qu’ils arrivent, nous les ferons patienter …

Le vieil homme, quant à lui, poursuivait son rêve partagé :

– L’endroit que tu as choisi aujourd’hui est aussi joli que le précédent.

Il était assis sur des hautes herbes grasses près d’une femme noire, svelte comme un épi de blé à la peau lisse et d’une perfection surnaturelle. Sa jeunesse contrastait violemment avec la vieillesse de l’homme. Il arrachait machinalement les pétales d’une marguerite et s’émerveillait de sentir le parfum d’un massif de roses tout près. L’air était tiède et les rayons du soleil lui chatouillaient chaleureusement le visage.

– Est-ce ton esprit qui l’a créé ou l’as-tu  pioché dans le répertoire de la base du système onirographique ?

– A ton avis ? lui dit-elle en souriant. Dis-moi donc pourquoi tu as accepté de participer à ce documentaire ? Être sur le devant de la scène te manque déjà ?

Il laissa tomber la marguerite sans pétale, lui prit la main et posa sa tête sur ses cuisses. Elle baissait la tête maintenant pour voir ses yeux clairs. Il la regardait tout aussi intensément et lui répondit :

– Je n’ai rien eu à accepter, c’est moi qui ait sollicité ces journalistes. Tu sais pourquoi, ils me l’ont demandé. Et, il est temps de leur dire à tous, tu ne crois pas ?

– Tu leur diras pour moi aussi ? Lui posa-t-elle anxieusement.

– Je leur dirai pour toi aussi.

Leurs yeux devinrent humides d’émotion.

– Alors c’est comme ça que l’histoire se termine, lui dit-elle. Montre-moi ton jeune visage comme il était, il y a si longtemps.

Le visage du vieil homme rajeunit aussitôt et son corps était celui d’un jeune homme d’une vingtaine d’année. Elle se pencha pour déposer un baiser sur ses lèvres. Il eut un silence qui en disait long sur l’intensité de leur relation. Elle se redressa, comme si elle sortait d’un joli rêve.

– Repartons, je pense qu’il est l’heure. Je leur raconterai aussi de mon côté, lui dit-elle.

– Tu leur parleras de moi ? De nous ?

– Je leur raconterai tout. Et que les colombes conspirent toujours.

– Ma tendre colombe…

Extérieurement, l’homme âgé, couché sur le divan, rêvait. Il avait un sourire et ses traits étaient détendus.