CHAPITRE 8: L’APPEL DANS LA NUIT

Des jours passèrent pourtant sans qu’elle ne prête attention au CD qu’elle avait rangé dans un coin et oublié. Des jours passèrent sans qu’elle ne reçoive aucun coup de fil de la part d’une mystérieuse organisation ou la visite d’un étrange personnage. Elle avait vite oublié cet incident et était retourné à sa vie calme et insouciante. Son jeune frère, Jacques, qui n’était autre que le futur maître de l’île Noire dans sa prime jeunesse, était venu lui rendu visite pour quelques jours. Il habitait maintenant à Paris chez leur tante un peu folle alors qu’il allait tenter de décrocher le concours de médecine pour la seconde fois à la rentrée.

Il était en cuisine et s’évertuait à concocter un bon petit plat pour le diner. Il ressemblait beaucoup à sa grande sœur sauf que ses yeux étaient plus clairs et il était plus grand. Il manipulait farine, sel et poivre, frappait des citrons, effleurait des herbes, surveillait la cuisson de ce qui se trouvait dans la poêle.

– Pour une fois, tu ne mangeras pas tes vieilles pizzas congelées, s’enorgueillissait-il.

– Tu sais bien que je n’ai vraiment pas le temps de me faire à manger…

Elle savait bien que ce n’était pas une raison valable.

– C’est à se demander comment tu fais pour rester aussi mince. Si Lisa savait. Tu sais qu’elle me force à manger 5 fois par jour !

Elle en profita pour changer de sujet et demander :

– Ah au fait comment va notre tante ?

– Elle va bien ! Toujours aussi fêlée, tu l’imagines. Mais elle est gentille. Ça lui fait du bien que je sois là-bas avec elle, même si parfois elle me tape sur les nerfs !

Elle lâcha un petit rire. Elle rangeait sa table à manger où était amonceler des tonnes d’affaire. Décidément, elle n’était pas plus ordonnée au travail que chez elle. Une jaquette noire de CD glissa et tomba sur le sol. L’épisode de l’homme au mouchoir blanc lui revint.

– Tu sais ce qu’elle a fait la dernière fois ? demanda son frère.

– Non, dis-moi…

– Elle a acheté une cage pour oiseau qu’elle a …

Elle ne l’entendait plus. Elle était soudainement obsédée par le contenu du CD. Elle partit dans sa chambre pour le lire sur son ordinateur personnel. Elle entendit le ventilateur de la machine tourner à plein régime lorsqu’elle l’introduisit dans le lecteur. Quelques secondes plus tard :

– Tu m’as entendu ?

Jacques avait fait irruption dans sa chambre.

– Jacques ! Tu es fou, tu m’as fait peur !!!

– Je te demande pardon, mais qu’est-ce que tu fais ? Tu n’as pas fini de débarrasser la table, où est-ce qu’on va manger ?

Elle soupira. Elle avait trop l’impression qu’il était le grand frère et elle, la petite sœur.

– J’arrive…, tu as bientôt terminé ?

Elle retourna au salon oubliant son obsession. Elle n’avait pas vu qu’un programme s’était ouvert sur l’écran.

– Presque. Dans 5 minutes à peine.

Elle alluma machinalement la télévision. Il était 20H et c’était l’heure du journal.

– Dis-moi, ça sent drôlement bon, qu’est-ce que tu nous as cuisinés ?

– Je t’ai préparé des joues de lotte façon meunière, tu m’en diras des nouvelles. C’est simple à faire, mais très bon. C’est un très bon ami qui m’a montré la recette.

– Waouh, toujours un vrai cordon bleu, c’est ta copine qui doit être contente.

– Tu lui demanderas la prochaine fois que tu monteras à Paris.

Il lui fit un clin d’œil complice.

Ce soir-là, ils regardèrent un reportage sur les possibilités de la vie ailleurs dans l’univers. Et ils firent un focus sur Enigma, le mystérieux signal radio capté quelques mois plus tôt par les radiotélescopes en provenance de l’espace profond. Les scientifiques étaient certains qu’il était d’origine extra-terrestre. Jacques était passionné par ce genre de chose, Agnès beaucoup moins.

Le reste de la soirée se passa entre rire et discussion lorsque vint l’heure du coucher. Ils décidèrent tous les deux qu’ils installeraient un logiciel sur leur ordinateur pour aider les scientifiques à traiter les données de ce fameux signal.

Jacques partit dans sa chambre et elle fit de même. Son ordinateur ne s’était pas mis en veille et sur l’écran une page s’était ouverte. Tout était écrit en anglais. Et il fallait manifestement qu’elle écrive un mot de passe pour avoir accès au contenu.

– Ah oui, le CD ! Elle l’avait encore oublié décidément.

– Qu’est-ce qu’il disait déjà ? « Pigeons » ? …« Tourterelles » ? …Non, « colombes » !

Mot de passe refusé.

– Ce n’est pas « colombes » ? J’étais pourtant sûr. Essayons « colombe » sans le s.

Mot de passe refusé.

Elle essaya ensuite tout en majuscule :

– COLOMBE

La page devint noir quelques secondes et lorsque la page revint, elle crût tomber à la renverse.

– C’est impossible ! s’écria-elle.

Elle parcourait les pages avec frénésie et émettait parfois des petits cris d’étonnement ou de contentement. Il était 2H du matin passé.

Elle tomba enfin sur la dernière page qui ressemblait à un contrat en bas duquel il suffisait de cliquer pour accepter les termes.

– Qu’est-ce que je fais, je suis folle. Ça ne peut pas exister…

Elle cliqua et aussitôt dans la minute la sonnerie de son téléphone portable déchira le silence de la nuit. Elle fronçait les sourcils non pas parce qu’elle était mécontente mais parce que des centaines de questions se bousculait dans sa tête. Elle n’était pas étonnée de cet appel. Loin de là. Elle savait qui était au bout du fil, ou du moins elle savait pourquoi on l’appelait. Tout était lié au fait qu’elle avait cliqué sur ce bouton.

A la cinquième sonnerie, elle répondit.

– Allo ?

– Docteur Agnès Strofimenkov ?

La voix était profonde et grave, presque suave.

– C’est moi-même, répondit-elle.

– Je suis monsieur Somboli, le Président Directeur Général. Nous sommes ravis de vous compter parmi les effectifs d’Hexagon Industries.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s