CHAPITRE 1: LE SEIGNEUR DE L’ÎLE NOIRE

Il était une fois, dans un monde très similaire au nôtre, sur une île mystérieuse entourée de hautes falaises noires, un très vieil homme qui avait vécu plus longtemps et plus d’aventures qu’aucun autre homme, disait-on.

Caché aux yeux du reste des mondes habités, il vivait là une retraite paisible, presque seul dans une maison cossue, au milieu d’une immense propriété. Aussi l’appelait-on le maître de l’île Noire. Cet homme peu commun, qui avait vécu des aventures extraordinaires, avait sans nul doute participé à changer la destinée de l’humanité toute entière. Sentant que l’heure était proche, pour tirer sa dernière révérence, il prit la décision de révéler enfin ses souvenirs et ses secrets. Il fit convoquer alors l’une des meilleures journalistes et prépara des mois durant cet entretien exclusif.

Le jour tant attendu arriva. C’était un doux après-midi d’automne. Beaucoup d’arbres s’étaient dévêtus. On ne pouvait entendre que le léger bruissement des feuilles mortes. Elles dansaient doucement sous la brise de la fin de l’été indien, accompagnées des chuchotements des écureuils qui commençaient à mettre de côté leurs réserves pour l’hiver.

Une voiture hybride bleu métallique venait de pénétrer dans l’immense propriété du maître de l’île Noire. Elle s’était garée devant son célèbre manoir. Elle fut bientôt suivie par une procession de camionnettes à antenne. Lévitant à quelques centimètres du sol, les véhicules s’étaient doucement posés sans un bruit et sans un souffle.

Les écureuils affairées laissèrent tomber noisettes et autres noix et observaient l’étrange spectacle qui s’offrait à eux.

Bientôt, un couple, une jeune femme asiatique et un homme brun plus jeune encore, descendit de la voiture. Puis ce fut le tour des autres engins de déverser un flot d’hommes et de femmes, qui très vite encombrèrent le perron et emplirent l’espace de leurs conversations. Tirés à quatre épingles et affublés d’électroniques, ils étaient tous en uniforme noir et blanc. Sauf le couple qui était vêtu classiquement. Ils avaient adopté, pour l’un, un costume cigarette gris et pour l’autre un tailleur bleu marine seyant.

Le vacarme avait eu raison de la curiosité des petits rongeurs qui détalèrent à toutes pattes dans les hautes herbes défraîchies. Seules sept colombes qui s’étaient posée dans les branchages semblaient observer la scène avec intérêt.

Les visiteurs furent rapidement accueillis par un majordome sorti de nulle part. Il était plutôt imposant et son air était peu commode. Sa carrure semblait occuper tout le cadre de la grande porte d’entrée.

Remarquant son air impassible et froid, la jeune femme décida de prendre les devants et tendit sa main:

— Bonsoir monsieur. Sonja Kosan, journaliste-reporter de Planète, nous avons rendez-vous avec …

L’homme, toujours impassible comme une tombe, se pencha mécaniquement tel un automate vers la jeune femme. De ses yeux, il balaya son visage comme pour mieux inspecter ses traits et tenter d’y déceler une trace qui pourrait trahir les véritables raisons de sa visite. Puis sans même jeter un coup d‘œil à la main qu’elle lui présentait, il gronda en lui coupant la parole :

– Un rendez-vous ? A cette heure-ci ?!

La voix du mastodonte était si grave que les visiteurs sentirent leur os du sternum vibrer.

– Hum oui… un rendez-vous…

La jeune femme ne se laissa pas décontenancer. Elle fit sa voix bien plus douce encore, comme pour amadouer un molosse à qui l’ont voudrait échapper et qui serait prêt à bondir :

– … pour une interview, ou plutôt un documentaire. Nous sommes attendus…

Elle eut à peine le temps de terminer ce qu’elle disait, que le majordome, haussant les épaules, tournant les talons, leur fit mine de le suivre ; ce qu’ils s’empressèrent de faire. Bien que chacun, en eux-mêmes, trouvait ce grand bonhomme robuste bien impoli pour un majordome, ou du moins pas très accueillant.

Deux hommes faisaient le guet à travers l’une des nombreuses fenêtres du manoir. Ils voyaient l’attroupement sur le perron. Une femme surgit derrière eux, pour observer également la scène :

– Ils sont enfin arrivé. Il faudrait peut-être réveiller Papa, non ?

L’un des hommes se retourna et secoua la tête.

– Il parle avec tu-sais-qui. Sa vieille amie de toujours.

– Ah, je pensais qu’il faisait une sieste tardive. Je me demande ce qu’il peut bien lui dire.

Non loin sur un divan, une petite forme maigrelette était couchée.  L’homme semblait dormir. On pouvait deviner sous ses paupières les mouvements rapides de ses globes oculaires, trahissant qu’il était en plein sommeil paradoxal. Cependant, en y regardant de plus près, il avait sur la tête, un casque en arceau à peine visible qui lui coiffait les tempes et muni d’une visière qui lui recouvrait le front. D’un petit appareil icosaédrique posé sur une table sculptée, de petites lumières clignotaient et semblaient répondre à un écho lumineux.

– Ce doit être suffisamment intime ou confidentiel pour qu’il utilise l’oniroscope à la place d’une télétransmission holographique. Laissons-lui encore quelques minutes. Ses invités sont encore en bas. Le temps qu’ils arrivent, nous les ferons patienter …

Le vieil homme, quant à lui, poursuivait son rêve partagé :

– L’endroit que tu as choisi aujourd’hui est aussi joli que le précédent.

Il était assis sur des hautes herbes grasses près d’une femme noire, svelte comme un épi de blé à la peau lisse et d’une perfection surnaturelle. Sa jeunesse contrastait violemment avec la vieillesse de l’homme. Il arrachait machinalement les pétales d’une marguerite et s’émerveillait de sentir le parfum d’un massif de roses tout près. L’air était tiède et les rayons du soleil lui chatouillaient chaleureusement le visage.

– Est-ce ton esprit qui l’a créé ou l’as-tu  pioché dans le répertoire de la base du système onirographique ?

– A ton avis ? lui dit-elle en souriant. Dis-moi donc pourquoi tu as accepté de participer à ce documentaire ? Être sur le devant de la scène te manque déjà ?

Il laissa tomber la marguerite sans pétale, lui prit la main et posa sa tête sur ses cuisses. Elle baissait la tête maintenant pour voir ses yeux clairs. Il la regardait tout aussi intensément et lui répondit :

– Je n’ai rien eu à accepter, c’est moi qui ait sollicité ces journalistes. Tu sais pourquoi, ils me l’ont demandé. Et, il est temps de leur dire à tous, tu ne crois pas ?

– Tu leur diras pour moi aussi ? Lui posa-t-elle anxieusement.

– Je leur dirai pour toi aussi.

Leurs yeux devinrent humides d’émotion.

– Alors c’est comme ça que l’histoire se termine, lui dit-elle. Montre-moi ton jeune visage comme il était, il y a si longtemps.

Le visage du vieil homme rajeunit aussitôt et son corps était celui d’un jeune homme d’une vingtaine d’année. Elle se pencha pour déposer un baiser sur ses lèvres. Il eut un silence qui en disait long sur l’intensité de leur relation. Elle se redressa, comme si elle sortait d’un joli rêve.

– Repartons, je pense qu’il est l’heure. Je leur raconterai aussi de mon côté, lui dit-elle.

– Tu leur parleras de moi ? De nous ?

– Je leur raconterai tout. Et que les colombes conspirent toujours.

– Ma tendre colombe…

Extérieurement, l’homme âgé, couché sur le divan, rêvait. Il avait un sourire et ses traits étaient détendus.

Une réflexion sur “CHAPITRE 1: LE SEIGNEUR DE L’ÎLE NOIRE

  1. Ping : ACCUEIL | La Conspiration des Colombes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s